Nos autres sites :
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

 

© 2019 by Jacquier-Calbet associés

03 20 47 01 31

  • Frédéric

C'est peut-être notre heure de gloire, mais on a besoin de tout le monde.

D’après Gretchen Schmelzer | 10 mars 2020 (Traduction : Frédéric Jacquier-Calbet)


Pour la grande majorité des gens aux États-Unis et dans le monde, ce virus ne nous concerne pas. C'est l'un de ces moments dans la vie, dans l'histoire, où nos actions nous dépassent. Il s'agit de quelqu'un d'autre. Il s'agit de quelque chose de plus grand, de faire le bien et peut-être de ne jamais être témoin du résultat. Vous aurez sauvé quelqu’un que vous ne rencontrerez jamais.





Vous pouvez être en bonne santé, et vos enfants peuvent être en bonne santé. Vos parents peuvent être en bonne santé. Tout le monde autour de vous semble aller bien. Et tout ce que vous aviez prévu et le printemps 2020 que vous pensiez connaitre sont réduits à néant. Vous devez travailler depuis la maison. Votre conférence est annulée. Votre semestre est terminé. Votre mission est annulée. Tout cela semble trop rapide, disproportionné et déroutant. Vous regardez chaque action et vous pensez - mais ce serait bien si je le faisais quand même. Ce n'est pas si important. Nous avons travaillé si dur. Ils seraient tellement déçus.


Vos pertes sont réelles. Vos déceptions sont réelles. Vos difficultés sont réelles. Je ne veux pas minimiser les difficultés à venir pour vous, votre famille ou votre entourage.


Mais ce n'est pas une maladie comme les autres et nous n'avons pas le droit d'agir comme si c'était le cas. Elle est plus contagieuse, plus mortelle, même si elle peut être gérée. Mais elle ne peut pas être gérée à grande échelle, nulle part. Nous devons faire en sorte que les choses évoluent suffisamment lentement pour que nos systèmes médicaux collectifs nationaux et mondiaux puissent prendre en charge les personnes très malades afin que tous les malades puissent être soignés. Car en cette période de gravité du virus, il y a aussi toutes les autres choses qui nécessitent des soins. Il y a encore des cancers, des crises cardiaques, des accidents de voiture, des naissances compliquées. Et nous avons besoin que nos systèmes médicaux soient capables de nous traiter. Et nous devons être responsables parce que nos systèmes médicaux sont constitués de personnes et ces personnels de santé formidable sont une ressource précieuse et limitée. Ils seront à la hauteur. Ils travailleront pour vous aider à guérir. Ils travailleront pour sauver votre mère, votre père, votre sœur ou votre bébé. Mais pour cela, nous avons un travail très important à faire. NOUS TOUS.


Qu’est-ce qu’on va devoir faire ? OK, vous devez vous laver les mains et rester à la maison si vous êtes malade. Mais le plus grand travail que vous pouvez faire est d’ouvrir votre cœur et votre esprit pour vous voir et voir votre famille comme faisant partie d'une communauté beaucoup plus grande qui peut avoir un impact massif - absolument massif - sur la vie d'autres personnes. Je me souviens du sentiment d'impuissance après le 11 septembre et après l'ouragan Sandy. Je me souviens à quel point les gens voulaient aider. Je me souviens de la générosité qui régnait. On voulait donner, aider, sauver des vies. Et beaucoup d'entre vous ont vécu de choses difficiles depuis - que ce soit un attentat, les feux de forêt, ou les inondations. Il y a eu des moments où vous avez regardé autour de vous et où vous vous êtes demandé comment vous pouviez aider. Et aujourd’hui, nous avons tous cette chance.


Vous pouvez aider en annulant tout ce qui nécessite une réunion de groupe. Vous pouvez aider en n'utilisant pas le système médical, sauf en cas d'urgence. Vous pouvez aider en restant à la maison si vous êtes malade. Vous pouvez aider en faisant la cuisine ou les courses ou des démarches pour un ami qui doit rester à la maison. Vous pouvez aider en gardant l'enfant de quelqu'un s'il doit remplacer quelqu'un d'autre au travail. Vous pouvez aider en commandant des plats à emporter dans les restaurants de votre quartier. Pour vous-même ou quelqu'un qui en a besoin. Vous pouvez aider en proposant à quelqu'un de l'aider à ramener chez lui un étudiant de l'université ou à héberger des étudiants originaires d’une autre ville si vous avez des chambres supplémentaires. Vous pouvez aider en vous demandant : « Qu’est-ce qu’on peut faire, ma famille et moi, pour aider ? Qu’est-ce qu’on peut offrir ? » Vous pouvez aider en vous considérant comme faisant partie d’un mouvement qui va au-delà de votre personne.


Lorsque le réservoir d'oxygène d'Apollo 13 est tombé en panne et que le module lunaire risquait de ne pas revenir sur terre, Gene Kranz, le directeur de vol en chef, a entendu des gens dire que cela pourrait être la pire catastrophe que la NASA n’ait jamais connue - à laquelle il aurait répondu : « Avec tout le respect que je vous dois, je crois que ce sera notre heure de gloire. »


Imaginez si nous pouvions faire de notre réponse à cette crise notre heure de gloire. Imaginez que dans un an ou deux, nous nous penchions sur la question et racontions comment nous avons formé une équipe dans notre quartier, dans notre État, dans notre nation et dans le monde entier. Votre contribution à l'heure de gloire peut sembler petite, invisible, sans importance, mais chaque petite décision de "ne pas faire" ce que vous alliez faire, et de "faire" un acte de gentillesse ou de soutien s'additionnera de manière exponentielle. Ces décisions peuvent sauver des vies. Elles le feront. L'équipage d'Apollo 13 en a fait son heure de gloire en remplaçant le mot "je" par le mot "nous". Et c'est ça qu’on nous demande. Ce ne sera notre heure de gloire que si nous travaillons ensemble. Vous êtes tous dans l'équipe. Et nous avons besoin de vous tous pour briller de toutes les façons possibles.


Original en anglais : shorturl.at/aqwU3

21 vues